Ma vie sans internet 2.0

Publié le 18 Septembre 2016

Et voilà. Comme l’année dernière, alors que j’ai un million de choses à faire, je suis bloquée par la plus primordiale dans notre société actuelle… internet.
Etant une professionnelle de la procrastination, j’ai cette année encore attendu le dernier moment pour m’occuper de choses essentielles pour mon nouveau logement. Je n’ai donc aucune connexion internet, ce qui concrètement m’empêche de faire toutes les autres choses que je devrais m’atteler à faire.

Oui parce que sans internet je ne peux pas démarrer mon contrat EDF, je ne peux pas finaliser mon inscription à la fac, ni même commander un nouveau frigo… Ben ouai aujourd’hui peu importe ce que tu as sur ta « To Do List », ça va forcément se passer sur internet !! Je vous jure, je me suis déplacée dans une boutique Bouygues Télécom, en espérant pouvoir régler mon problème d’internet, et on me répond que les démarches doivent se faire… sur internet ! #onsefoutouvertementdenotregueule. 

En d’autres termes, je pète un peu les plombs ces derniers jours. Oui parce qu’évidemment s’ajoute à mon absence de box internet, le fait que le forfait internet de mon téléphone soit déjà épuisé au bout de dix jours, de même que mes heures de télécommunication.

Depuis le 1er septembre j’ai donc l’impression de vivre au fond d’une grotte, avec pour seule activité de regarder pour la deux cent soixante dixième fois les douze saisons de Grey’s Anatomy que j’ai sur mon disque dur.  Ne vous méprenez pas, j’adore Grey’s Anatomy, et c’est un plaisir de regarder cette série, mais si je pouvais avoir internet… ça serait encore mieux !
 

Postscriptum : J'ai pas menti, j'ai passé deux semaines et demie sans internet chez moi mais j'essaie de skouater le wifi as much as possible, d'où la possibilité de poster quand même quelques articles !
Postscriptum 2 : Désolée, je crois que j’ai posté quasiment le même article, il y a 1 an…

Rédigé par Laure

Publié dans #MaVieMonOeuvre

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article