La dernière séance

Publié le 2 Juillet 2016

La lumière revient déjà. Et le film est terminé. Je réveille mon voisin. Il dort comme un nouveau-né. Je relève mon strapontin. J'ai une envie de bailler. C'était la dernière séquence. C'était la dernière séance. Et le rideau sur l'écran est tombé - La dernière séance, Eddy Mitchell

Je suis une véritable droguée des séries tv, enfin ca ce n'est plus vraiment un secret. Mais ça a pour conséquence, entre autre chose, que je ne regarde plus beaucoup de films. Oui je sais qu'il y a des conséquences bien pire à l'addiction aux séries, telles que l'absence de vie sociale, le retard phénoménal pris sur les tâches administratives... Mais avouez que le fait de ne plus avoir le temps ni le reflexe de regarder un film, c'est bien plus dérangeant !

Dernièrement j'ai donc été prise d'une frénésie de films. Comme si je voulais rattraper tout ce que j'avais loupé en privilégiant les séries. Comment ça vous penser que je suis folle !?

Le plus bizarre c'est que je n'ai même pas regardé des films récents...

 

La dernière séance

Philadelphia

Ce film n'est clairement pas l'une des dernières sorties cinéma, mais après des années à en entendre parler, il était temps que je le regarde en entier (oui j'avais vu des extraits en cours d'anglais ahaa). J'ai beaucoup aimé ce film parce qu'il est beau, intéressant, touchant, triste, maheureusement réaliste et horriblement toujours d'actualité. 

Andrew Beckett est un brillant avocat, voué à un bel avenir au sein d'un grand cabinet. Son ascension est stoppée nette le jour où ses associés découvrent qu'il est atteint du sida et décident de le licencier pour faute grave. Andrew ne va pas se laisser faire et les attaque en justice pour licenciement abusif. 

Vous l'aurez compris il s'agit d'un film qui traite en 1993 d'un sujet très répandu, le Sida mais également l'homosexualité et malheureusement, l'un n'allant pas sans l'autre à cette époque, de l'homophobie. Tom Hanks est comme à son habitude brillant dans le rôle d'Andrew Beckett, le scénario est très bon, le sujet abordé avec brio; et tout ce que l'on peut espérer en regardant ce film quelques années plus tard, c'est que ce genre de situation ne se reproduise plus, jamais. 

Je vous le recommande très fortement si vous n'avez toujours pas vu ce classique ! 

Le + : Le titre principal du film, "Streets of Philadelphia" par Bruce Springsteen

La dernière séance

Nos pires voisins

Dans un tout autre style, j'ai regardé Nos pires voisins, suite à une overdose de pub pour la sortie du 2ème. Là évidemment on est dans le stéréotype du film comédie américain. Je ne suis pas sûre d'être ultra fan, mais ca fait passer un bon moment quand même. 

Mac et Kelly Radner sont jeunes parents et vivent la parfaite petite vie d'une famille américaine dans un beau quartier, jusqu'au jour où une sororité s'installe dans la maison d'à côté. Après avoir essayé de la jouer cool avec les jeunes voisins fêtards, les trentenaires vont être obligés d'appeler la police suite à un tapage nocturne incessant. C'est alors que la guerre des voisins commence. 

Le scénario n'est pas des plus originals, les acteurs ne sont pas les prochains Di Caprio (bien qu'il y ai le "beau" Zac Efron et la très jolie Rose Byrne), mais le comique grotesque de ce film m'a quand même fait rire à plusieurs reprises et m'a surtout donné envie de faire la fête (bonne ou mauvaise chose, telle est la question). 

Mon passage préféré ? Le coup des airbags de voiture, hilarant lors du premier vol plané !!

La dernière séance

In your eyes

Encore un film très différent des deux premiers. Ici c'est plutôt le genre romantico-niais. Oui tout à fait. Mais c'est aussi le genre de film de "filles" que j'aime bien regarder le dimanche après-midi sous ma couette.

Rebecca et Dylan ne se sont jamais rencontrées, mais ils sont liés depuis toujours : l'un peut voir à travers les yeux de l'autre. Un jour, ils vont établir le contact, et ils ne pourront plus faire comme si ce lien n'existait pas. 

Oui ce n'est pas le film de l'année mais je trouve le scénario très intéressant, et puis les histoires d'amour ça me plait toujours. L'actrice principale, Zoe Kazan, est selon moi un peu niaise, mais la jolie bouille de Michael Stahl-David remonte le niveau lol. Le film traite même en fond de maladie mentale, d'isolement social et de classes sociales. Dommage toutefois que l'idée ne soit pas plus développée et que l'on tourne vite en rond. 

Allez, je file regarder les prochaines sorties ciné, pour peut être enfin aller voir un film récent !

Rédigé par Laure

Publié dans #Culture

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article